We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

COUCOU

by Mathieu Bérubé

supported by
Lavinie Cloutier
Lavinie Cloutier thumbnail
Lavinie Cloutier J'adore la poésie de cet artiste! Coup de génie d'avoir pris un poème de l'un de nos plus grand poète contemporain, même s'il est haut comme 3 pommes! Merci Jean-Paul! Je te french pour ton fettuccine!

Maman pirate se demande si le gars vient dans le paquet postal?;-) Le gars a fait une transformation physique spectaculaire! Même si elle aime les barbus, elle le trouve à son goût pareil à cause des textes!;-)
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $10 CAD  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of COUCOU via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 15 days

      $15 CAD

     

1.
MINUTE 03:36
l’eau a coulé par la gouttière coup de pagaie dans le gazon on se croirait à la rivière je ne quitte plus son lit on n’enfile plus les hameçons tout a fondu dans la prairie s’ouvre la porte cochère puis on brûle les ponts les amis défilent en rang vers une même maison ne sait plus qui est qui lorsqu’on les voit de face de la poupe à la proue ça se colle au cul elle a changé de nom mais c’est toujours l’avenue minute papillon on a retrouvé le corps et c’est la même chanson minute papillon quitte à compter les corps on aura coupé le son vie de chien vent d’insouciance soudain le soleil s’efface sur la grève dans le silence à grande bouche on a vu couler le ferry puis un bougre s’avance offre d’emploi pour un messie mon double s’offre la chance puisqu’il se suffit ça se prend pas pour de la tarte et qu’à cela ne tienne j’entends le beat et ça craque ça kick ça peak et ça pogne devant moi la mer comme à l’italienne ma montre s’agence au souffle des marées raz-de-marée au rez-de-chaussée
2.
COUCOU 04:31
j’ai un faible pour des mottés des cancres des châtiés s’abreuvant à tout goulot quitte à perdre la santé j’ai un fort pour des bozos des bandits des antihéros c’est pour le bien d’un idéal que j’en prends et que j’en laisse je veux seulement vivre sans devoir gagner ma vie jusqu’à perdre mon temps s’il le faut il le faut sûrement y’a pas de mal à se mettre au tapis en plein jour comme la nuit faire l’amour à n’importe qui j’ai dans le regard une absence quand va savoir ce qu’on attend de moi la démarche d’un arlequin mon costume à losanges j’ai dans le pas une errance petit bonhomme de grands chemins qui ne mènent en somme à rien tant que renaissent la soif et la faim le coq a chanté le jour ça se remonte les manches de bon matin à la basse-cour y’a pas de crime pourtant la potence et je veux seulement vivre sans devoir je veux mourir aux portes d’un pays sous l’ordre d’un président dans la course où je m’enfuie j’arrive au dernier rang de bonne guerre c’est dans l’air du temps ça te gruge les nerfs ça te creuse les joues ça fait son nid dans le chant comme d’un coucou
3.
MOSCOU 03:20
oh c’est la pitié qui me traîne car l’appétit n’a plus de goût je me sens tendre vers la haine et je vis de patates et de choux se pourrait-il que rien ne freine la vaine envie de voir moscou panique à la place publique malaise sur le fond des choses illustre peur d’un apathique serait d’en oublier la cause ça reste un cauchemar érotique l’un se souvient l’autre s’impose abattre des murs de carton qui s’ouvre sur l’appartement j’exige mes parcelles d’horizon je veux ma place parmi les grands on m’offre une vue sur le balcon je n’ai rien pas même un enfant la pression monte à la bouilloire et le silence a quelque chose de chantant comme le silement d’un vieux char ça se sait et ça s’entend l’étincelle dans le soir mettra le feu à la rampe
4.
JOSÉPHINE 03:58
on prend toujours un train on ne va jamais jusqu’au bout je rentre à la maison j’ai la barbe à mon cou par la fenêtre les champs de papaye l’étendue de nos rêves qui se perdent dans le regard des autres mon cœur qui déraille sens dessus dessous suffira d’un retard pour un amour fou fou fou joséphine t’as pas l’air bien maligne à toutes les gares je m’imagine dans tes yeux noirs mon orpheline joséphine ce que tu sais me faire voir de ton point de vue joséphine n’importe où mon toutou on y sera parfaitement bien camel au bec cosmo à la main ça tire et ça pousse comme en 80 mais l’air et l’eau la vie suit son cours et l’or est dans la lumière le petit jour se referme quai de gare au bout de ta laisse laisse-moi te parler de nous drôle d’hasard le train repart vers on ne sait où où où et ça fait chou chou chou
5.
FETTUCCINE 04:21
you’re my popcorn baby my popcorn baby you’re my popcorn baby mes doigts font du tap dance sur tes ailes full of romance mon corps au rythme du love you sur ta peau qui résonne partout you’re my hamburger baby my hamburger baby you’re my hamburger baby dans le penthouse de ton cœur je peux oublier toutes mes peurs nous deux on est en fête comme deux aspirines dans un mal de tête you’re my fettuccine baby my fettuccine baby you’re my fettuccine baby on saute comme du champagne night and day à la ville à la campagne dans la samba de nos pouls on se débat comme deux fous you’re my caviar baby my caviar baby you’re my caviar baby deux idoles neuves debout et mes dents dans ton cou youhou mon doux youhou mon chou mon toutou mon hibou you’re my vampire baby my vampire baby you’re my vampire baby you’re my ritz baby
6.
un point noir quelque chose à l’horizon on remarque sans doute qu’il grossit on suppose que coûte que coûte nous réapparaîtrons sur la plage tout est renversé tempête au mois de mai y’a pas la trace d’un évadé pas d’enfant pas de ballon nous avançons comme les premiers toujours tatillons vers ce qui n’a jamais été que ce qui nous échappait nous allons droit devant sans s’arrêter vers le fond vers la fin vers la fête y’aura des pinatas des pinas coladas la belle époque des troubadours des bienvenus des bonjours en quelque sorte des fous du roi lancent tes rires en éclats on n’en revient pas un point noir à l’horizon
7.
UN ABRI 03:24
je porte en moi un abri un petit abri une fleur d’insomnie un abri où on ne meurt jamais où pleure le vent mauvais de pas être un pays je porte en moi un abri où la nostalgie engendre l’amour de chaque seconde un abri d’immenses vagues et montagnes qui ne font que monter sans creux ni vallées je porte en moi un abri où je me cache la nuit je ferme les yeux et j’écris je le sens dans mon ventre qui grandit qui me cherche et me suit comme on suit un ami je porte en moi un abri où on peut être anormal sans dormir à l’hôpital un abri si impossible qu’il m’effraie et certains soirs je voudrais l’engloutir dans l’ennui
8.
LÀ-HAUT 04:27
l’arbre pliait déjà sous le poids d’un même visage dans les nœuds du bois un regard a gâché mon ballant des cris se gaspillent en m’appelant depuis ma chute est mon véhicule un taxi a perdu son client et je ne pris que pour l’instant d’un corps au sol qu’il percute marteau à la corde d’un piano crinière à la forme d’un chapeau douleur à la veille de passer là où les doigts se font aller vue d’en bas tout semble bien là-haut et je ne sais que dire de ces armées de terre qui s’offrent tous les droits allons tout foutre en l’air dans l’amour et la joie tous les oiseaux de nuit seront des oiseaux de proie à bas le temps perdu je ne sais plus où me mettre de longs dalots devant la chaîne stéréo j’attèlerai mes grands chevaux n’auriez-vous pas reçu ma lettre une guerre a saigné un empire pourtant je reste sous son emprise la peur s’ennuie de son plaisir l’ignorance a perdu son désir couronnement d’un avenir vertueux testament de mon enfance résidera dans ces aveux l’étendue de ma confiance vue d’en bas tout semble bien là-haut
9.
TENNIS 03:45
mon ventre s’allonge pour toucher ton nombril c’est un centre du monde qui s’étend jusqu’ici un signe de bienvenue tout près de la sortie le sourire d’un ami sur des lèvres inconnues c’est un soleil qui dégrise à la volée à la ronde si bien que dans l’ombre l’on s’épuise je ne cherche plus les mots pour te dire qu’à la fin de la partie je serai parti on enfile ses habits on lasse les godasses et si le regard est de glace vois ce que le cœur en dit un avant-goût de rien un présent qui s’invite on me prend par les yeux on m’offre un léger coup de vieux

credits

released November 12, 2021

Enregistré entre les mois d’avril et d’août de l’année 2021

Paroles et musique : Mathieu Bérubé
sauf pour « FETTUCCINE », écrit par Jean-Paul Daoust et composé par Mathieu Bérubé, et « UN ABRI », écrit par Julien Gagné et composé par Jean-Pascal Carbonneau

Réalisation : Jesse Mac Cormack, Mathieu Bérubé
Direction musicale : Laurie Torres
Arrangements : Jesse Mac Cormack, Laurie Torres et Mathieu Bérubé Arrangements de cuivre : Jérôme Dupuis-Cloutier

Prise de son : Jesse Mac Cormack
Prise de son additionnelle : Mathieu Bérubé, Laurie Torres, Jérôme Dupuis-Cloutier
Mixage : Philippe Brault
Matriçage : Ryan Morey

Visuel : Marie-Pier Meilleur, Jean-Philippe Sansfaçon, Marin Blanc
Gérance : Audrée Loiselle
Production : Ad Litteram

license

all rights reserved

tags

about

Mathieu Bérubé Montreal, Québec

La banlieue de Saint-Eustache a vu naître Mathieu Bérubé par un clair après-midi de 1993. Il a depuis achevé ses études inférieures et étudié la guitare classique, raffiné son style et distingué ses manières. Il s’agit d’une poésie ludique orientée vers l’autre ; le désir et la sensualité. ... more

contact / help

Contact Mathieu Bérubé

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Mathieu Bérubé, you may also like: